PICT0278_tonemapped

La moto en est à la moitié de sa transformation. Beaucoup de travail a été réalisé depuis quelques mois.

D'abord et prioritairement, les roues complètes et les bas des tubes de fourche ont été sablées puis peintes en noir mat au printemps chez le concessionnaire RE Absolut motos de Périgueux qui a fait du beau boulot. Il a aussi changé les pneus d'origine, beaucoup trop lisses et "modernes" pour des Heidenau K60 qui rendent trés bien

J'ai enlevé les 2 selles qui ne faisaient pas du tout d'époque, et adapté une selle marron de type Lycett du plus bel effet provenant d'Inde achetée chez Bernard Bourraseau, concessionnaire RE à Cerizay. De plus et contrairement à ce que son look laisse imaginer, elle est confortable ! 

Les ensembles feu arriére et clignotants arriére et avant, beaucoup trop gros, ont été remplacé par un ensemble feu arriére à leds et petits clignos acheté chez BAAK motocycles. L'arriére est complétement transformé avec ce petit feu rond trés vintage, comme quoi il suffit de peu de choses Monsieur Royal Enfield !

J'ai réussi a trouver un gros porte-bagages en métal qui se rapproche le plus de ce qui se faisait sur les vraies despatch. C'est un modéle fabriqué en Inde, dit "Ladakh", et que m'a gentiment vendu Jean Burdet, l'ancien importateur RE, et qui en avait un qui trainait dans son garage. Merci Jean ! Certes il a des supports supplémentaires arriére que n'avaient pas les vraies despatch, mais j'ai trouvé 2 petites sacoches de masque a gaz en tissu des années 50 sur la baie à 3 francs 6 sous qui s'y adaptent parfaitement et qui rendent trés bien comme si c'était d'époque

Après prise de mesures, les sacoches des vraies despatch de l'époque ne sont pas bien adaptées à ce porte bagages. Mais j'ai trouvé des musettes de l'armée britannique (modéle webbing 1958) qui s'y adaptent parfaitement, et une troisiéme repose sur le porte-bagages ce qui cache ce dernier, ce qui est parfait car il est un peu gros par rapport à ceux d'époque. Certes musettes de 1958, mais elles font penser à des sacoches de la seconde guerre mondiale a l'exception de la couleur qui était sable. Mai bon, on ne peut pas tout avoir... De plus elles sont trés faciles à trouver sur la baie, il y en a des stocks industriels dans d'innombrables boutiques de surplus anglais, et leur prix est beaucoup moins élevé que des répliques de vraies sacoches, ou des vraies sacoches tout court ! 

Pour la déco j'ai choisi de faire appartenir la moto au 3° Royal Tank Regiment de la 11°DB britannique, qui fut commandée par le brillant général, mais peu connu du grand public, "Pip" Roberts, plus jeune général de l'armée britannique (général de division à 37 ans...). La 11°DB participa aux plus violents combats de Normandie coté britannique (opérations Epsom, Goodwood, Bluecoat), puis libéra l'Aigle, Amiens et termina la guerre sur la Baltique en Allemagne après avoir traversé les Pays-Bas. Pip Roberts fut considéré comme un des plus brillants généraux britanniques de la guerre, et nombreux sont ceux qui pensent qu'il aurait remplacé le Maréchal Montgomery si ce dernier avait eu un probléme quelconque lors de son commandement des forces terrestres alliées en 44/45

L'emblême de la 11°DB est le taureau sur fond jaune, et le n°52 sur fond rouge correspond au 3° Royal Tank Regiment, équipé notamment de chars Sherman, Cromwell et Churchill, et qui fut rattaché à la 11°DB pendant presque toute la campagne de Normandie. Les décos sont des feuilles autocollantes 3M de couleur mat, de même que le lettrage découpé dans des feuilles 3M blanc mat. L'emplacement des insignes divisionnaires sur le garde-boue et à l'arriére est cohérent, même si rare pour l'arrière. L'emplacement des insignes régimentaires l'est un peu moins car quand il y en avait, ils étaient placés sur les cotés du réservoir. Or sur la despatch, contrairement aux motos d'époques, le réservoir est trop bombé et empêche d'y coller le numéro du régiment, et il est hors de question de peindre sur le réservoir. J'ai donc collé les insiques sur les boites sur les cotés de la moto sous la selle, ce qui n'est certes pas conforme à l'origine, mais ça n'est pas choquant et cela fait illusion. De plus, ils cachent les autocollants d'origine de la moto "Classic 500" pas du tout d'époque, donc c'est parfait. Enfin, le numéro de la moto sur le réservoir est cohérent. Le C indique la classe du véhicule dans l'armée britannique à l'époque (moto en l'occurence), et après recherches le numéro à 7 chiffres pourrait avoir été celui d'une vraie despatch 

Prochaine étape cet hiver: changement de guidon, bloc instruments et phare.

Guidon n°1 de chez BAAK, qui est donc assez large et se rapproche de celui qui se trouvait sur les RE WD/CO, en forme de cornes de vache. De plus la position davantage en arriére fera encore plus authentique et sera plus confortable qu'actuellement (guidon trop en avant et trop étroit que je n'aime pas) https://www.baakmotocyclettes.com/fr/home/29-guidon-baak-n1.html

Bloc instruments et phare de chez Hitchcock motorcycles en GB, avec donc phare séparé du compteur et des tubes de fourches, conformément à la Matchless G3L 

Ensuite ce sera de nouveau direction Absolut motos à Périgueux pour quelque semaines d'immobilisation avec de gros travaux en vue: sablage des piéces chromées, peinture, démontage puis remontage de tout l'avant de la moto !  A suivre !!!